Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 08:48

Parc Monceau :

 

Ø Des pratiques choquantes….. !!!

Ø Un laxisme administratif inacceptable…. !!!

Ø Malgré un dossier préoccupant, et même

      alarmant, que dit l’administration ?

      Circulez, y’a rien à voir !!

 

Et bien non !!! Mille fois NON !!!

 

Des agents que nous avons vus en souffrance et pour certains en arriver à pleurer…!

 

Circulez, y’a rien à voir ? Et bien non !!! Mille fois NON !!!

 

Des agents, originaires des Antilles ou d’Afrique noire ont le sentiment d’être victimes d’une « chasse aux noirs » !!!

 

Circulez, y’a rien à voir ? Et bien non !!! Mille fois NON !!!

 

Du matériel appartenant à du public « distribué entre agents copains » !!!!

 

Circulez, y’a rien à voir ? Et bien non !!! Mille fois NON !!!

 

  Alors non ! Mille fois NON !! 

 

Soyons plus précis !

 

 

Des agents en souffrance :

 

Depuis environ deux ans, un nombre très important d’agents de la surveillance titulaires, sous un prétexte ou un autre, fuient cette brigade. La division 8, 9,10 a tellement de difficultés pour faire venir de nouveaux agents que sa seule possibilité est d’avoir des stagiaires (ces derniers n’ont pas le choix et doivent se taire s’ils veulent être titularisés) ou encore des agents venant d’une autre direction et qui ne peuvent choisir librement leur affectation. Dans un premier temps, cette Division, pour gérer ses problèmes de sous-effectif a fusionné les brigades de Monceau et des Champs Élysées : du bricolage!

 

Dès février 2012, le SUPAP-FSU par tract avait informé la direction du mal de vivre des personnels du parc Monceau : aucune  réponse de l’administration ! Depuis, la situation des agents n’a cessé de se dégrader ! La responsabilité de l’administration est pleine et entière !

 

§ § §

 

Le sentiment d’être discriminé :

 

Comment en est-on arrivé là ? Comment des fonctionnaires, parce qu’ils sont originaires des Antilles ou d’Afrique noir peuvent- ils en arriver à penser et à nous dire que c’est parce qu’ils sont noirs qu’ils ont des problèmes !

 

Quels propos, quelles attitudes, quelles manières de faire ont-ils subi pour avoir un tel ressenti ? Une telle  blessure qui se cache certes mais qui est bien là !

 

Commençons à entre-ouvrir les tiroirs de notre mémoire syndicale :

 

Au terme d’un entretien non officiel, un cadre de la DEVE a eu cette interrogation « ne croyez-vous pas qu’il pourrait y avoir un problème communautaire? » Notre réponse fût la suivante «Madame, des agents de Monceau sont venus nous faire part de leur mal de vivre dans cette brigade, une  responsable du SUPAP-FSU, elle-même Franco-Algérienne, et qui venait d’entendre ces agents en souffrance a déclaré : mais c’est du racisme de magrébins vis-à-vis des noirs ! »         

Il y a deux ans de cela….. ! Deux ans !!!!!

             

 

Alors….. Circulez, y’a rien à voir ? Et bien non !!! Mille fois NON !!!

 

§ § §

 

Du matériel de musique appartenant à du public « distribué entre agents copains » !!!!

 

Un soir de concert public, une batterie de musique, « oubliée par un groupe de musiciens venus donner un concert à Monceau » selon la Direction….. En réalité une batterie de musique, suite à un concert dans le jardin d’Anvers, a été acceptée en dépôt par un agent  dans le local de la Ville (première faute professionnelle). Ce matériel privé s’est ensuite retrouvé à Monceau ! Et savoir que du jardin d’Anvers il faut aller au parc Monceau pour un particulier qui cherche à récupérer son bien…. ! Quelques semaines plus tard, cette batterie, toujours discrètement stocké à Monceau (autre faute professionnelle) fût donnée par la hiérarchie à un agent probablement bien en cour !

 

ü  S’approprier un bien appartenant à quelqu’un d’autre, cela s’appelle comment ?

 

ü  Accepter de recevoir des objets de valeur qui sont donnés par une ou des personnes dont on sait, de manière certaine, que ces objets ne leurs appartiennent pas, cela s’appelle comment ?

 

Le plus qualifié pour répondre à ces deux questions, serait, de tout évidence un magistrat. Mais certainement pas une hiérarchie qui pour mieux couvrir ses propres carences tente de minimiser la gravité des faits.

 

 

Des agents en souffrance, des agents blessés dans leur dignité d’être humain, des comportements individuels inacceptables….Alors les conférences sur les risques psychosociaux…, les colloques sur les discriminations…, les accords-cadres sur la santé et sécurité au travail ! Comment voulez-vous que les agents de la Ville y croient ?

 

 

Vat-il falloir que Syndicats et associations fassent un coup de force spectaculaire pour que la Ville prenne enfin la mesure du problème et de la colère ?

 

Pour information : le compte à rebours a commencé !

 

 

 

 

Paname le 14 février 2014

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:09

 

                                                                                                   Monsieur le Maire de Paris

                                                                                                   Hôtel de Ville de Paris

 

                                                                                                   75004 – Paris

 

                                                                                                   Paris le 20 janvier 2014.

 

 

Monsieur le Maire,

 

Au Parc Monceau, depuis février 2012….et jusqu’à présent, des mentalités d’un autre âge et des pratiques malsaines gangrènent le service public et génèrent de la souffrance au travail. La DEVE, pourtant alertée par le SUPAP-FSU, dès février 2012, n’a absolument pas traité le problème mais a, simplement, laissé partir les agents qui ne voulaient plus rester dans ce lieu d’injustices et de souffrance au travail.

 

De nombreux agents, originaires des Antilles ou d’Afrique noire ressentent et nous disent que, dans cette brigade, la « chasse aux noirs est ouverte »! Comment l’administration a pu laisser naître un tel ressenti, une telle souffrance ! Nous ne supportons plus de voir des agents, nos collègues, des hommes et des femmes blessés dans leur dignité. Nous demandons qu’une enquête administrative soit diligentée au plus vite auprès des agents encore en service dans cette brigade et aussi, évidemment, auprès de celles et de ceux qui ont eu la chance de pouvoir fuir dans d’autres lieux.

 

Il est indispensable, pour que les langues se délient et que les agents puissent s’exprimer librement, en confiance, que cette enquête soit faite par des enquêteurs extérieurs à la DEVE.

 

Dernier exemple illustrant cette perte de confiance de ces agents dans leur direction, pour tenter de justifier l’indéfendable la DEVE a signé un courrier pour le moins étonnant :

 

• Il est fait mention d’un concert à Monceau alors qu’il s’agissait d’un concert dans le jardin d’Anvers… ! Pas crédible !!

 

• Il est écrit que des enfants d’agents présents dans - et pendant - le service « une seule fois» alors que les agents savent que ce fut une fois….à répétition ! Pas sérieux !!

 

• Il est également affirmé qu’« Un agent de la brigade a été autorisé à la récupérer » (la batterie). Un choix de mots manifestement destiné à atténuer la gravité des faits ! «récupérer » du matériel qui ne vous appartient pas, dans ces circonstances précises, le mot est totalement inapproprié, pour ne pas dire plus! Choquant !!

 

Des « agents-copains » se donnent entre « agents-copains » du matériel qui appartient à un tiers! Vol ? Recel ? Peu importe le qualificatif retenu, la malhonnêteté est évidente et doit être soumise à l’appréciation d’un juge.

 

Comment de telles exactions, reconnues par la DEVE, n’ont-elles pas fait l’objet de mesures conservatoires ?

 

Quelle garantie pour les usagers qui, dans ce secteur ont perdu ou perdront des objets (ballons, porte feuilles, bijoux…) ?

 

Quelle garantie pour les agents honnêtes de ne pas être assimilés à ces tristes personnages ?

 

La DEVE donne une image détestable de l’administration à ses agents et crée une suspicion légitime chez les usagers de nos services publics : lamentable ! Et Quali-Paris dans tout cela ?

 

Nous demandons :

 

• Que des mesures conservatoires soient prises pour protéger le public et les agents.

 

• Que des enquêtes, administrative et de police, soient diligentées.

 

• Si nécessaire, et tout, malheureusement, nous laisse à penser que cela sera le cas, que les agents responsables de ces méfaits passent en conseil de discipline.

 

Dans l’attente de mesures urgentes et significatives, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre respectueuse considération.

 

 

 

                                                                                                  La secrétaire

 

                                                                                                Hayate SAHRAOUI

 

 

Copie :

- Madame la secrétaire générale.

- Les personnels de la surveillance.

 

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 14:20
SURVEILLANCE DEVE:

LE SYSTÈME AU BORD DE L’IMPLOSION

 

 

En décembre 2012, la DEVE a fait supprimer 23 postes d’AAS mettant ainsi en péril le service de proximité dû aux usagers des espaces verts parisiens.

Le nombre de postes qui a été supprimé à la DEVE a été décidé par la Ville, CERTES MAIS…  

….MAIS, c’est la DEVE qui a choisi de faire supporter à et par la surveillance ces 23 suppressions de postes.

La DEVE pas le Maire de Paris ni les Maires d’arrondissements car les politiques savent l’importance du service public de proximité pour les « usagers-électeurs » :

 

Conséquences pratiques de ces décisions calamiteuses :

 

■ Pour les personnels de la surveillance :

 

 - Pour tenter de pallier à cette aggravation du sous-effectif chronique les services ont réorganisé les rondes des fermetures des parcs et jardins, en les allongeant, générant par le fait un surcroît de fatigue pour les personnels de la surveillance !

 

 - La DEVE, en est réduite à devoir fusionner des brigades pour que le mot brigade, fonctionnellement, ait encore un sens ! Regrouper les brigades sans diminuer le territoire d’intervention des agents ne fait qu’augmenter les temps de trajet d’un site à l’autre : inefficace pour le service public, absurde et usant physiquement pour les agents! La médecine statutaire va avoir de nouveaux patients, et cela est bien dommage !

 

 - Les faits sont là : les AAS sont de plus en plus fatigués, de plus en plus démotivés et, de plus en plus nombreux en aménagement de poste pour raisons de santé.

 

 - Le service public de proximité rendu par les personnels de la surveillance est à bout de souffle, au bord de l’implosion et tout cela parce que la DEVE a fait des choix élitistes, des choix de castes au détriment des plus modestes et en définitif au détriment du service qui est dû aux familles et usagers de nos espaces verts (Jardiniers, OSEG, AAS…personnels de terrain en voie d’extinction). Ce constat est sans appel. Tout le reste n’est que baratin, enfumage.

 

 - Par ses choix de suppression de postes dans le corps des personnels municipaux chargés de l’accueil, de l’information et de la tranquillité du public – le cœur même du métier de la surveillance - la DEVE vide d’une bonne partie de son sens et de sa valeur le label Quali-Paris! Là n’est pas la volonté du Maire et des élus de la capitale : nous en sommes persuadés.

 

■ Pour les riverains :

 

 - Des jardins qui restent ouverts la nuit et deviennent ainsi des lieux de rassemblement pour une population problématique, bruyante et créant souvent un climat d’insécurité pour les riverains.

 

 - Des Mairies d’arrondissement de plus en plus sollicitées par des riverains irrités qui ne comprennent pas pourquoi ils doivent subir ces atteintes à leur tranquillité.

 

Cette réorganisation des brigades et des rondes avec des effectifs restreints a été dans un premier temps « vendu » par la DEVE à l’adjointe sectorielle de la DEVE qui ensuite est allée « re-vendre » aux Mairies d’arrondissements ce produit …frelaté !

 

Conclusion : des mots, encore et toujours des mots entre gens importants mais les vrais maux produits par ces brodeurs de mots, sont pour les AAS et les usagers des jardins et espaces verts de Paris.

 

Ce tract est fait pour bien fixer les responsabilités de ces fonctionnaires, agissant au nom du Maire, mais qui, par leurs choix prioritairement de caste et d’intérêts catégoriels, dans les faits desservent le service de proximité, engendrent du mécontentement chez les usagers de nos services publics et le public en rend responsable les élus politiques (tous partis confondus).

 

Ce tract sera envoyé au Maire de Paris, aux Maires d’arrondissements, à l’Adjointe sectorielle de la DEVE et au Secrétariat Général.

 

Paname le 20 septembre 2013

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 15:48

AAS de la DEVE…

Conséquence des suppressions de postes…

Regroupement des Brigades de la Surveillance au sein des divisions !

 

Le 9 mai 2012 (presque un an déjà !!!) le SUPAP-FSU avait tiré la sonnette d’alarme au moyen d’un tract intitulé « suppression de 30 postes de catégorie C à la DEVE ».

Le SUPAP-FSU avait invité les personnels et tous les syndicats à réagir et à se mobiliser… ! Aucune réaction !! Silence radio !! Quelques mois plus tard, en décembre, au Conseil de Paris, 18 postes budgétaires d’agents de la surveillance de la DEVE étaient supprimés parce que rendus par la DEVE !  

 

Toutes ces suppressions de postes ont pour conséquence directe et incontestable les regroupements de brigades (Bois de Vincennes et Parc Floral, Monceau et Champs Elysée, Champs de Mars et 6/7… !).

 

Alors qu’un syndicat vienne jouer « les indignés » maintenant après n’avoir rien fait, rien dit, rien écrit quand il le fallait, c’est vraiment prendre les personnels pour des naïfs.

 

Regroupement des Brigades de la Surveillance au sein des divisions :

À malin : malin et demi !

 

Du fait de ces suppressions de postes d’agents de la surveillance le problème des Divisions sera d’essayer d’assurer le service public avec un effectif réduit ! Un service public assuré de manière de plus en plus superficielle ; le SUPAP-FSU fera savoir aux contribuables parisiens les choix de la DEVE : de plus en plus de cadres supérieurs et de moins en moins d’agents sur le terrain ! Ce n’est pas d’une armée mexicaine dont les parisiens ont besoin mais d’un véritable service de proximité.

 

C’est pour cela que la DEVE commence à fusionner des brigades. Les agents, de fait, devront user un peu plus leurs chaussures (inadaptées !!!) et, infiniment plus grave : leurs rotules (plus que fatiguées) !

 

Conséquence de ces fausses économies : La médecine statutaire va avoir du boulot !!!

 

Quand l’administration vous demandera d’aller prendre votre service dans un autre jardin, ne refusez pas : vous seriez en tort. Soyez aussi malin que l’administration peut-être sans égard !

 

Répondez à votre chef de la manière suivante : « Oui chef ! Mais il vous faudra véhiculer ma tenue d’uniforme sur mon nouveau poste de travail car ce n’est pas à moi de le faire, surtout que ce soir, je risque fort de ne pas rentrer directement chez moi et je ne peux donc pas m’encombrer d’un sac ; chef vous êtes certain que là où vous m’envoyez, il y a bien un local pour me changer et un vestiaire propre et individuel ?».

 

Petit rappel : Une guérite ou des toilettes ne sont pas des endroits décents où se changer !!! Les agents de catégorie C ont une dignité que piétinent avec une indifférence totale les « cadres bien-pensants » confortablement installés dans leurs bureaux, avenue de France ou à l’Hôtel de Ville !!!!

Paname le 1er mai 2013

 

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 15:50

                                                                                                Monsieur Marc FAUDOT

                                                                                                Chef du SRH de la DEVE

                                                                                                103 avenue de France

                                                                                                 PARIS 75013

 

                                                                                                 Paris le 25 mars 2013


Monsieur,

 

Depuis le 29 mai 2009 (bientôt 4 ans !) nous vous avons exposé l’absence de prise en compte par l’administration, sur le plan indemnitaire, des fonctions spécifiques assurées par les agents de la surveillance en poste à la conservation des cimetières annexes.

 

De réunions en changements d’interlocuteurs administratifs, de contres temps en contres temps, les différents responsables de la DEVE semblent dans l’incapacité de mener jusqu'à son terme l’accord qui a été négocié avec nos représentants.

 

Les lenteurs administratives pour la mise en œuvre de la totalité de l’accord s’expliquent probablement par le fait que pendant ce temps là, les agents d’accueil et de surveillance en poste à la conservation des cimetières annexes continuent à assurer ces fonctions particulières. Certes l’administration, avec un sens pragmatique aiguë mais non empreint d’une certaine dose de cynisme, y trouve manifestement son compte.

 

Si la DEVE n’a pas les moyens de ses engagements, nous serons très vite dans l’obligation et selon nos méthodes, de nous faire recevoir par madame la secrétaire générale.

 

Nous vous prions d’agréer, monsieur le chef du Service des Ressources Humaines, nos salutations distinguées.


                                                                                               La secrétaire générale

 

                                                                                               Marie-Claude SÉMEL

 

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 19:00
La DEVE toujours égale à elle-même :

Si elle n’existait pas….. Il ne faudrait surtout pas l’inventer !

 

Seulement 4 nominations de TTPS en 2013 !

 

Soit, au minimum, 96 AASP sur le carreau !

 

Des dizaines d’AASP dans l’entonnoir aux illusions !

 

La machine à broyer la surveillance continue :

 

Inexorable et cynique!

 

Seulement 4 nominations d’AASP

 

4 nominations d’AASP au grade de TTPS en 2013 et qui plus est, en position d’adjoint au TTPS, donc d’une certaine manière, pour la DEVE, des « sous-TTPS » alors que dans les autres Directions, l’agent de catégorie C (ISVP ou AASP) nommé au choix TTPS est un TTPS à part entière!!

 

Et pourtant :

 

Actuellement 4 postes budgétaires de TTPS surveillance « principaux » sont, de fait, vacants :

 

 - 1 dans les cimetières.

 - 3 dans les Parcs et Jardins (11ème, 16ème et 17ème)…. !

 

Notre instinct nous dit que ces 4 postes budgétaires pourraient bien passer à la trappe et servir à financer les quelques 19 nominations d’AASP en B sur les 4 ans à venir !

 

Et pendant ce temps là, la DPP obtient la création de 6 postes budgétaires de TTPS (Sécurité) alors que le ratio des cadres B pour les inspecteurs de sécurité avoisine la quarantaine pour quelques 630 inspecteurs et moins de 40 TTPS surveillance pour quelques 1200 AAS !

 

 

4 postes vacants et pourtant ces nominations d’AASP en TTPS sont prévues sur des postes qui ne sont pas vacants ! Cherchez l’erreur ! Bizarre ? Vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre !

 

 

Pour la surveillance, la DEVE, si elle n’existait pas…..

Il ne faudrait surtout pas l’inventer !

 

Seulement 4 nominations de TTPS en 2013 soit, au minimum, 96 AASP qui resteront sur le carreau ! Comment ? 19 en quatre ans, et alors ? Toujours plus de 80 encadrants de la surveillance qui resteront sur le tapis !

 

Et pourtant, tous, ils ont passé le même concours ! Tous, ils encadrent !!! Quelques anciens ont même dû passer deux concours pour être AASP à l’échelle …5 !!! Certains encadrent depuis plus de 20 ans et sont toujours en catégorie C !!!

 

 

Vraiment, sincèrement, pour la surveillance, la DEVE, si elle n’existait pas…..

 Il ne faudrait surtout pas l’inventer !

 

Des dizaines d’AASP, ont quand même fait acte de candidature pour devenir TTPS, mais,….sans illusion, surtout que quelques noms de futurs TTPS circulent déjà sous le manteau ! Tant mieux pour ces futurs TTPS « adjoints », mais il n’empêche que les autres resteront sur le tapis !!

 

La machine à broyer la surveillance continue : Inexorable et…. quelque peu cynique !

 

 

Pour la surveillance, la DEVE, si elle n’existait pas…..

Il ne faudrait surtout pas l’inventer !

 

§§§§§

 

Malgré colère et déception, essayons de terminer sur une note positive ! Soyons bon prince ! Proposons à la DEVE de faire une bonne action, de réparer une injustice, d’aller dans la bonne direction : Que la DEVE réserve un poste de C en B pour madame Sonia Claudion.

 

Petit rappel historique : Fin 2003, lorsque les anciens agents chefs ont passé l’examen interne pour être nommés TSS (en fait ajuster le classement indiciaire aux responsabilités déjà exercées par ces agents), nous avons noté de curieux évènements : des sous-doués devenant surdoués et vis et versa…Sonia Claudion qui avait passé le même concours que ses collègues agents chefs a glissé dans la trappe aux oubliettes comme si, ce jour là, un certain désamour avait eu plus de poids que les compétences…Qu’il est difficile de ne pas ouvrir les tiroirs de notre mémoire !

 

 - Allez la DEVE ! Allez la DRH ! Allez la Ville : une bonne action !

 

 - Une chef compétente : nommez-la !

 

 - Une chef ayant passé le même concours public que ses anciens collègues devenus TSS : nommez-la !

 

 - Une femme et qui plus est une femme « noire », alors : Nommez-la !!!!!

 

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 16:31
AASP, passage de C en B : Des miettes !!!

 

19 postes en 5 ans sur quelques 140 agents ayant passé le même concours !
  

Pourtant la DEVE, quand elle le veut réellement sait être plus efficace, la preuve : 

                 - Tous les encadrants des « cantonniers », la DEVE les a fait passer de C en B…..

                 - Tous les encadrants des fossoyeurs, la DEVE les a fait passer de C en B…..

                 - Tous les animateurs prévention, la DEVE les a fait passer de C en B….

 

Et pour la surveillance, quel est le bilan social de la DEVE ?

 

Le bilan social de la DEVE pour la surveillance, c’est ZÉRO POINTÉ !!!

 

Pour mémoire : c’est le SUPAP-FSU qui s’est battu et a obtenu le doublement des postes d’AASP : pas la DEVE !!! Le SUPAP-FSU !!!

 

De cette victoire la DEVE en a fait une défaite pour de nombreux AASP en les reléguant à un rôle d’adjoint malgré un concours d’AASP identique à celui de leur collègue responsable de brigade !!!

 

Si l’utilité de la surveillance dans les espaces verts n’est pas à démontrer !!!

L’inutilité du 103 avenue de France pour la surveillance est une évidence !!!

 

Avançons plus loin dans ce triste bilan :

 

La DEVE, va, une fois encore, continuer à malmener la surveillance mais, bien évidemment, au nom des grands principes et des bons sentiments ; la preuve :

 

- Afin de pouvoir espérer être présélectionné comme éventuel futur TTPS, l’AASP doit envoyer un CV (rien que ça !!) et une lettre de motivation aux Divisions qui l’intéresse afin de subir une première… « Sélection » !

 

- La DEVE fera un premier …tri ! Pour éviter la trappe aux ambitions, il serait judicieux de ne pas contrarier le chef ni les chefs du chef !

 

Pourtant :

 

Des AASP servent comme encadrant depuis parfois plus de 20 ans : peu importe !

 

Ils ont passé deux concours (le premier pour être AAS et le second pour être AASP (échelle 5 !!) : peu importe !

 

Ils ont de bon dossier administratif : peu importe

 

Les rescapés seront ensuite « auditionnés » par une commission…directoriale !!!

 

- L’objectif « serait » de choisir les meilleurs parmi ceux vu, mal vu, bien en cour, mauvais courtisan, bref du tri…sélectif !! Même à l’époque « corse » (Tiberi) ou, un peu avant, corrézienne (Chirac) le cynisme était plus discret !!!

 

Ayant ainsi fait son marché, la DEVE, fera valider son choix par la CAP des TTPS. Dans les faits, la DEVE réduira ainsi les élus du personnel et l’adjointe au Maire qui préside la CAP à un simple rôle de chambre d’enregistrement ! Un invisible drapeau indépendantiste flotterait-t-il sur le 103 avenue de France ? La question semble pouvoir être posée !!!

 

La DEVE vient de dépenser beaucoup d’argent dans une enquête dont la principale conclusion pour la surveillance a été de «découvrir» «le mal d’être de la surveillance».

 

La DEVE se pose t-elle les bonnes questions et se donne t-elle les moyens de régler la problématique de ce « mal être de la surveillance » la réponse est évidente : NON !!!

 

Il est vrai, depuis la DEVE a trouvé la solution miracle !!! Le SUPAP-FSU s’en réjouit !!!

 

Comme quoi quand la DEVE veut, elle peut !!! Une commission sera mise en place pour « accompagner » les agents en mal de vivre, le cynisme de la DEVE n’ayant pas de limite cette commission sera encadré par des « cadres » de la DEVE….

 

Le SUPAP-FSU a un remède plus efficace à proposer à la DEVE :

 

- Une reconnaissance enfin affichée par des faits (déroulement de carrière, promotions internes en hausse, traitement équitable avec les autres corps de métier…).

 

 

Mais la DEVE étant ce quelle est aucune solution miracle pour le corps de la Surveillance, nous ne sommes pas la première préoccupation et priorité de la DEVE !!!

Alors un seul mot d’ordre :

BARRONS NOUS !!!

 

Paname le 18 février 2013

 

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 16:00

ENCORE UNE FOIS !

LES AAS SONT LES SACRIFIÉS DE LA DEVE !

 

 

FUSION / REGROUPEMENT DES BRIGADES ET

SUPPRESSION DE POSTES !!!

 

Depuis le 9 mai 2012, nous alertions notre direction et le personnel de la Surveillance de la décision prise de supprimer 30 postes d’Agents d’Accueil et de Surveillance sur les équipements existants. Nous avions proposé une union des syndicats pour défendre les emplois à la DEVE. Cette demande a été malheureusement « ignorée ». Maintenant et seulement maintenant, l’indignation fuse de toute part !!! Les larmes de crocodile syndicales après coup ne servent à rien !!!!

La direction de la DEVE avait bien entendu démenti nos propos par l’intermédiaire de son Chef du personnel.

 

Le 5 février 2012, les membres du CTP ont été « conviés à entendre la bonne parole » !!!

Il leur a été annoncé la suppression de la brigade du bois de Vincennes par regroupement avec celle du parc Floral. Et comme nous l’avions déjà écrit, cela se traduit par une suppression sur ce secteur de cinq postes d’AAS !!! Ce qui s’ajoute à la suppression de

2 postes sur la brigade de Bagatelle soit un total de 7 postes supprimés au Service de l’Arbre et des Bois : Surcharge de travail pour les agents destinés à surveiller les bois et allongement du trajet des rondes en partance du parc Floral, et tout cela au détriment de la « qualité » du service public et des conditions de travail des AAS !!!!

 

Et dans les autres divisions, quelles suppressions sont prévues et cachées actuellement ?

 

Nous avions déjà alerté par un tract en date du 9 février 2012 de la situation préoccupante du personnel de la Surveillance du Parc Monceau. De toute évidence, c’est un réel problème d’encadrement de la surveillance. Quelque 70% des AAS de cette brigade était parti : une véritable hémorragie ! Partant du principe que le « Chef » a toujours raison la DEVE n’a pas cherché à approfondir le problème et l’hémorragie continue !!! Monceau a manifestement gangrené la brigade des Champs-Élysées. Ces dernières semaines des AAS professionnels reconnus ont préféré partir : AASP et TTPS devraient rapidement se poser les bonnes questions avant que le SUPAP-FSU ouvre le feu !!!!

Depuis, on nous annonce le regroupement des brigades du parc Monceau et de celle des Champs- Elysées : Pourquoi ??? Et à effectif constants ???

Il semble que notre annonce de 30 postes supprimés ne soit, hélas, pas une fausse nouvelle !

À quand la révélation des suppressions de postes au SEJ ?

Combien d’AAS en moins et pourquoi ?

 

La proposition du SUPAP-FSU pour une union avec tous les syndicats représentatifs du personnel de la Surveillance n’a pas encore été entendue. Il serait temps qu’elle le soit !

 

Paname le 20 février 2013

 

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article