Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 11:55

DPSP….

Fermeture des jardins….

 

AAS et AASP : Sous-effectif chronique…

Agents d’accueil et de surveillance : à chacun ses problèmes !

Les problèmes créés par votre direction ne sont pas les vôtres !

 

- Vos obligations professionnelles sont : d’arriver à l’heure, d’assumer vos missions et de partir à l’heure. (POINT).

- Vous avez les moyens de fermer vos jardins en temps et en heure : vous fermez.

- On ne vous donne pas les moyens de fermer vos leurs jardins en temps et en heure : ce n’est pas votre problème !

 

Quand c’est votre heure de fin de service : à la minute près, vous n’êtes plus en service, alors que l’administration assure les éventuelles conséquences de son imprévoyance.

Avant de quitter votre service, parce que vous êtes des agents responsables : vous informez le CVO (01 42 76 73 73) ou toute autre personne de la « hiérarchie » que, par manque de personnel, tel ou tel jardin n’ont pas pu être fermé. (POINT).

 

Ensuite, vos obligations professionnelles remplies : vivez votre vie!

Rentrez chez vous voir votre compagne, votre copine, votre copain, votre chat, votre chien ou votre poisson rouge, bref qui vous voulez et que l’administration gère ses problèmes….. !

 

Bien évidemment s’il vous embête avec leurs problèmes : Téléphonez nous !

 

Paname le 22 septembre 2016

Voir les commentaires

Repost 0
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 20:43

« Tardivement parfois, mais fatalement, on récolte toujours ce que l'on a semé et les mauvaises semences ne produisent jamais du bon blé. »

 

Soyons plus explicite :

 

1° - Un peu d’histoire :

 

À la satisfaction manifeste du public, de la mairie de l'arrondissement et de la DEVE, pendant de nombreuses années, les personnels de la surveillance des espaces verts du 16ème pouvaient travailler en confiance et parfaite cohérence avec leur hiérarchie locale : les cadres B et cadres A.

 

Ils avaient à leur tête un ingénieur expérimenté et, c'est au départ à la retraite de cet ingénieur que la situation commença à se dégrader.

 

Ce départ coïncida avec la restructuration de la DEVE : le remplacement des circonscriptions par les divisions, très souvent de nouveaux ingénieurs et, pour la première fois, des attachés d'administration (deux cultures différentes)! Quelques années plus tard, notamment dans le 16ème, doublement des postes de TTPS… .

De différentes brigades du 16ème fusaient les commentaires : " Bientôt il y aura plus de chefs que d'agents! À quoi ça sert tous ces chefs ? " Les commentaires entendus étaient souvent plus caustiques ! Le flottement s'installa et, c'est bien connu, quand la main est moins assurée le pouvoir se dilue. Alors, la nature ayant horreur du vide :

 

                                 Les grenouilles.... commencèrent à grenouiller.

 

A la même période, au SEJ, il y eu une sorte "d'inter-règne" entre l'ancien et le nouveau SEJ. Quelques nominations au choix de C en B furent acquises sur la base de critères dont le premier n'était manifestement pas le professionnalisme. Est-il nécessaire d’être plus précis ?

 

2° - Premières conséquences :

 

Dans toutes les brigades : des agents de plus en plus désorientés, un effondrement de la crédibilité administrative, des encadrants de proximité expérimentés qui préférent changer de Division dès que l’occasion se présente…

.

                                               Irresponsabilité… Petit exemple :

 

Il y a quelques semaines, de Jefferson, jardin situé à quelques dix minutes du bureau du site du Trocadéro où se trouvait des responsables, des agents signalent à la dite hiérarchie qu’ils étaient en difficulté avec une famille qui les agressait (insultes et jet d’un sac poubelle sur une agente…). La hiérarchie s’empressa-t-elle de voler au secours des agents en grande difficultés ? Non ! Courageusement, la hiérarchie s’engouffra dans la bouche du métro et laissa les agents se débrouiller seuls !

 

                                             Impunité… Un « charmant collègue » :

 

→ En avril 2011, trois mois avant son départ à la retraite, une collègue fût traité de «connasse », d’autres collègues femmes furent, tour à tour, traitées de « putain » et de « putain de luxe ». Que croyez-vous qu’il advint ? Rien ! Notre collègue partie en retraite avec, comme cadeau, cette insulte sur le cœur. Devant l’inertie coupable de l’administration, le temps tourna à l’orage et l’insulteur dû comprendre que les femmes avaient des maris, des frères, des fils, des amis… ! Bref, prudent « le poète » changeât de registre.

 

→ Quelque temps après, à ses heures perdues, il se fît vendeur de sandwichs, crêpes et autres douceurs dans le commerce du concessionnaire du jardin dans lequel il travaillait comme agent d’accueil et de Surveillance… Étonnant mélange des genres ! Il fût surpris et pris par sa hiérarchie. Conséquences administratives ? Rien ! Impunité totale ! Et, sur d’autres comportements, les signalements sur les registres hygiène et sécurité ? Rien ! Et les protestations de collègues de la brigade sur des aménagements de plannings ? Rien !

 

                                 Petits arrangements…Indécente décision :

 

C'est un courriel de la division du 16ème en date du 31 Mai dernier qui, comme une grosse goutte d'eau malodorante a fait déborder la coupe de la colère.

Cet insulteur de femmes, grâce à des complicités locales est nommé faisant fonctions ! Devenir le chef des femmes qu’il a insulté et des hommes, ses collègues en grade qui n’ont pour lui que des sentiments peu flatteurs ? C’est la provocation de trop !

 

Bas les masques ! Tous les agents de la brigade savent – et disent – que ce n’est pas l’amour du travail et du service public qui a poussé cet agent à quémander un poste de faisant fonctions. Non, connaissant bien leur collègue, ils savent que cette demande de changement de fonction n’a qu’un but : bénéficier d’un titre – même illusoire – pour tenter de se faire nommer au grade supérieur l’année prochaine et passer devant des collègues plus anciens et plus soucieux du service.

 

                                 Un dernier point et qui ne manque pas de saveur :
                  Les effets thérapeutiques d’une nomination de faisant fonction !


Ce délicat poète, cet ami des femmes, ce cher et si agréable collègue, depuis de nombreuses années bénéficie d’un aménagement de poste, ce qui le dispense de faire les ouvertures et les fermetures des jardins. Mais qu’à cela ne tienne ! Bravant les douleurs physiques, en courageux petit soldat tout dévoué au service public, notre héros local ne veut plus de son aménagement médical. Quelle abnégation !


Tant de dévouement mériterait la médaille du mérite municipal, remise bien évidement devant une brigade de femmes dûment approvisionnées en tomates et oeufs pourris.

 

Voilà comment les petits arrangements, les réseaux malsains, le syndicalisme de caniveaux et le manque de courage administratif détruisent des équipes et démotivent les bonnes volontés. Voilà le processus de destruction fonctionnelle d'une brigade de la surveillance et aussi, à terme, du service public.

 

                                                                                                            Paname le 16 juin 2016

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 16:09

Cher Fabien.

 

Tu m'as si souvent fais rire, rire aux éclats, de ces éclats de rires qui jaillissaient entre nous du fais de cette bonne et franche amitié que jamais rien n'altéra, aujourd'hui, détestable dimanche de janvier, seul chez moi, j'ai du chagrin et de la colère.

Je suis colère du chagrin que tu me fais ! C'est égoïste de ma part je le sais et alors! Tu te barre vers la lumière et ton vieux pote il reste dans ce merdier, de plus en plus seul, pas tout à fait heureusement mais quand même!

Alors comprends que je sois en colère et puis la colère, dans ces circonstances, je peux bien te l'avouer, c'est aussi un moyen de ne pas trop pleurer.

Même pas 61 ans ! La grande faucheuse, l'incompréhensible, elle aurait pu attendre quelques années encore que tu puisses enfin profiter de ta retraite surtout que tu as toujours travaillé depuis l'âge de 14 ans.

Et puis toutes ces misères ambulantes qui avaient la chance de croiser ton chemin, que vont-elles devenir ? Saint Fabien s'en est allé ! J'ironise un peu, un peu seulement car tu ne savais pas dire non à une âme en peine. Tu négligeais ta propre vie car tu étais plus sensible aux malheurs d'autrui qu'a tes propres misères ; en cela tu étais mon frère.

Je me souviens de nos longues discussions sur l'au-delà ; tu étais plutôt agnostique mais si tu avais franchi le pas nul doute que sous d'autres horizons tu aurais pu être, tantôt un moine soldat combattant l'injustice et, le plus souvent, un moine de l'ordre compatissant des petits frères des pauvres.

Tu as été un syndicaliste sincère, mon ami, et c'est une forme de sacerdoce qui dépasse et de loin toutes formes de bigoteries. Ne soit plus en colère, vas en paix.

 

Jean Pierre VIGIER.

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 12:31

FABIEN TOUEMENT 

10/07/1955 - 24/01/2016

 

Fabien  vogue vers d’autres horizons, on l’aimait toutes et tous.

Fabien avant tout était un humaniste et un grand syndicaliste d’une honnêteté à toute épreuve !!

Fabien  était de tous les combats, il n’a jamais ménagé sa peine et son énergie alors même qu’il se savait très malade !!!

Fabien est parti ce dimanche 24 janvier très discrètement,  apaisé et sans souffrances

Qu’il repose en paix !!!

 

Bon voyage et bonne route à notre petit breton !!!

Repost 0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 11:45

Joyeux noël !!!

Pour 144 AAS de la DPP 

Des chèques de 2000 à 11 000 euros par agent !

Après 7 ans de procédure le SUPAP-FSU a gagné !

 

Des chèques ont commencé à être encaissé par des agents qui, après 7 ans de procédure, finissaient à ne plus y croire ! Et pourtant !! Les deux premiers chèques reçus par des agents de catégorie C étaient de 11 472 euros chacun. D’autres chèques, de valeurs variables, arrivent ou vont arriver !

 

Joyeux Noël pour nos 144 collègues !

Sans prétention mais avec un peu d’humour, disons-le sans détour,

Ce Père-Noël a un nom : le SUPAP-FSU !

 

Petit rappel des faits :

 

1er semestre 2009 : La DPP ne payait pas aux personnels de la surveillance des primes auxquelles ils avaient droit. Après des discutions orageuses et une grève qui fut suivie a plus de 90% par les personnels de la surveillance des mairies et bâtiments, la Ville reconnaissant enfin que la revendication du SUPAP-FSU était fondé acceptât de payer, à tous les personnels de la surveillance de la DPP (AAS, AASP, TTP, Mairies, bâtiments et CDN)  la prime dominicale ainsi que la prime mensuelle de sujétion spéciale.

 

2ème semestre 2009 : Nous avons instruit 144 dossiers individuels pour demander, sur quatre ans et conformément au droit, le paiement rétroactif de ces primes. Au terme d’un véritable parcours du combattant, la cour administrative d’appel a donné raison au SUPAP-FSU. Depuis le mois d’octobre, le tribunal administratif de Paris, dans le cadre de la décision de la cour d’appel administrative, condamne la Ville de Paris à verser aux 144 personnels de la surveillance de la DPP et au titre de la rétroactivité, des indemnités de 2 000 à 11 000 euros.

 

Les relevés d’identité bancaire (RIB) commencent à être demandés par l’administration pour le versement des sommes dues à chacun des 144 agents. (Joyeux Noël) 

 

Des agents de la DPP, syndicalement mal conseillés, n’ont pas fait de recours au tribunal administratif et de ce fait ils ne seront pas bénéficiaires du paiement rétroactif (de 2000 à 11 000 euros). Dommage. La sagesse populaire dit que « les conseilleurs ne sont pas les payeurs », cela est vrai et, dans le cas présent cela est bien dommage !

 

Que les personnels de la surveillance de la DPP qui n’ont pas fait, avec le SUPAP-FSU, un recours pour bénéficier du paiement rétroactif des primes se consolent (si possible) en pensant que depuis janvier 2009 et grâce à l’action du seul syndicat Supap-FSU, tous les mois, la paie de chacune et de chacun est augmenté de la prime de sujétion spéciale (de 46 à 56 euros par mois selon l’indice du fonctionnaire).

 

Joyeuses fêtes de Noël à tous.

Repost 0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 19:52

 

Un agent de la surveillance de la DPP

En poste à la mairie du 1er arrondissement

A été violemment attaqué par trois individus !

 

 

Les faits :

  1. Ce 17 juillet, vers 17 heures 30, un de nos collègues AAS en service accueil et anti-intrusion à l’entrée de la mairie du 1er arrondissement a informé un particulier qui stationnait sa camionnette sur un emplacement réservé aux véhicules de la mairie que pour une livraison cela ne posait pas de problème mais qu’un stationnement durable n’était pas autorisé. L’individu a insulté gravement et très grossièrement l’agent de la surveillance : « t’es qu’une merde et ce que tu fais c’est de la merde… » et a proféré des menaces physiques.

     

  2. Environ une demi-heure plus tard, l’individu est arrivé avec deux comparses et ont tabassé notre collègue, coups de poings, coups de pieds et notre collègue n’a échappé que de justesse à un coup qui aurait pu être mortel car un de ces trois lâches (trois contre un !!) avait saisi un plot de stationnement pour frapper notre collègue à la tête !!!

     

  3. Une course poursuite s’est engagée et un des agresseurs a été rattrapé par notre collègue quelques centaines de mètres plus loin, et, ironie du sort…..devant un commissariat de police !

     

  4. La police devant l’état de notre collègue l’a fait transporter à l’hôpital par les pompiers ou différentes lésions ont été constatées : « entorse, plaies et contusions diverses… » et une ITT de 7 jours a été délivrée.

     

  5. Quelques heures plus tard, vers minuit, notre collègue est sorti de l’hôpital, seul, sans papier, sans téléphone, sans ses clefs, sans ses vêtements civils - car tout était resté dans son vestiaire à la mairie du 1er arrondissement – et, vêtu seulement de son uniforme à la chemise tachée de sang il est rentré chez lui. Il a pu prendre le métro grâce à la générosité d’un agent de la RATP qui lui a fait don d’un ticket !!!!

 

L’administration, soucieuse de la santé d’un fonctionnaire agressé dans l’exercice de ses fonctions lui a téléphoné à l’hôpital pour prendre des nouvelles de sa santé……Mais le problème, c’est que l’administration dont il s’agit, ce n’est pas la DPP :

C’est le commissariat de police !!!!

Un grand BRAVO et merci à la police nationale !

 

 

Agents de la DPP, il faut que vous le sachiez et que vous le gardiez bien en mémoire, notre collègue, et demain cela peut-être vous, après avoir été agressé dans l’exercice de ses fonctions au service de la Ville, après avoir été entendu par la police, transporté à l’hôpital par les pompiers, soigné et autorisé à rentrer chez lui avec attelle et béquille, notre collègue décidément bien seul n’avait toujours pas été contacté par la DPP !

Le lendemain, clopin-clopant, s’appuyant sur sa béquille, notre collègue, a dû retourner à la mairie du 1er arrondissement afin de pouvoir récupérer ses affaires personnelles : papiers d’identité, portefeuille, téléphone, clefs, etc.

Ensuite il a été au commissariat de police faire un dépôt de plainte. Un AASP, qui à ce moment-là se trouvait à la mairie du 1er, a accompagné notre collègue dans sa démarche. Depuis, coté DPP, SILENCE RADIO !!!

Dernière info : notre collègue n’est pas seul, soutenu par sa famille, ses collègues et le SUPAP-FSU il se rétablit lentement du traumatisme, tant physique que psychologique, qu’il vient de subir.

 

Un agent agressé à la mairie du 1er  le 17 juillet…..

Trois CDN agressés dans le 18ème arrondissement le 21 juillet…..

 

Cela fait beaucoup !

Pour ces deux agressions des problèmes de procédures se posent.

Conformément à la réglementation le SUPAP-FSU demande une réunion en urgence du Comité d’Hygiène et de Sécurité de la DPP.

 

 

Le SUPAP-FSU vient d’adresser un courrier à madame la présidente du CHS pour que soit organisé d’urgence une réunion.

Nous vous tiendrons informé des suites données à ces agressions.

Paname le 23 juillet 2014

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DPP - AAS
commenter cet article