Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 16:53
GRÈVE DANS LES CIMETIÈRES PARISIENS LE 1er NOVEMBRE.

 

Depuis 2008, pour le jour de la Toussaint, la DEVE impose une obligation de service à tous les personnels de la surveillance affectés dans les cimetières parisiens. De ce fait, cette réquisition est imposée aux agents qui auraient dû être de repos ce jour là (de repos un an sur deux, service public oblige).

 

Cette obligation a pour répercussion de mettre les agents de confession chrétienne dans l’impossibilité de participer, ne serait-ce qu’une fois tous les deux ans, aux offices religieux de la fête de tous les Saints.

 

Cette obligation de service a été imposée sans raison objective puisque pendant des décennies, la DEVE, faisant appel au volontariat de ses autres services, n’a jamais manqué de volontaires. La raison de cette obligation vis-à-vis des personnels ne peut s’expliquer que par le sectarisme et par une indifférence marquée pour les préoccupations religieuses de ses propres agents.

 

Nous protestons depuis 2008 et pourtant, jamais la DEVE n’a reçu le SUPAP-FSU sur ce dossier que nous sommes les seuls à porter, le SUPAP-FSU étant par ailleurs le syndicat très majoritaire parmi ces personnels. Ainsi va le dialogue social….

 

Malgré nos demandes de discussions sur ce problème avec la DEVE et ce bien avant la période sensible de la Toussaint, nous n’avons pas eu de réponses si ce n’est un courrier aux arguments particuliers et réaffirmant une position sectaire et intolérante.

 

ALORS, pour qu’une discussion puisse enfin s’engager, il ne nous restait que le préavis de grève… ! Celui-ci fut déposé le 15 octobre dernier et la DEVE, accompagnée de la DRH nous a reçu le jeudi 25 octobre.

 

  Cet entretien fut étonnant    

   

La DEVE affirmant que ce texte avait été approuvé par le Comité Technique Paritaire (CTP) de la Direction, mais omettant de préciser que les représentants du personnel, et dans leur très grande majorité, avaient refusé d’approuver ce texte, le SUPAP-FSU a immédiatement rétabli la vérité des faits que la Direction essayait en vain de maquiller.

 

La DEVE, ayant quelques soucis de mémoire, a semblé s’étonner que nous ne posions ce problème que depuis quelques mois. Afin de rétablir cette mémoire étrangement défaillante, nous avons dû rappeler que nous dénoncions cette situation depuis …..2008 !

 

La DEVE, feignant d’oublier que pendant des décennies et grâce au volontariat, les effectifs de la surveillance avaient toujours été suffisants dans les cimetières le jour de la Toussaint, a tenté, une fois encore de nous faire « la grande scène » du service public!

 

Les militants du SUPAP-FSU ont rappelé que dans ce domaine, comme dans celui de la responsabilité, les personnels et le SUPAP-FSU n’avaient aucune leçon à recevoir.

 

Les militants du SUPAP-FSU ont rappelé que la DEVE ne peut pas imposer le roulement comme type d’organisation du temps de travail à ses agents 364 jours par an et, pour sa propre commodité, mettre fin à ce principe 1 jour sur 365 ! Le SUPAP-FSU a donc informé la VILLE que cette problématique sera, par nos soins, soumise à l’appréciation de juristes spécialisés en droits du travail.

 

Les militants du SUPAP-FSU ont rappelé que nous n’acceptions pas de nous entendre dire que si des agents, un an sur deux voulaient pouvoir aller à la messe le jour de la Toussaint, alors, ils pouvaient toujours demander à changer de service !!!!

 

Cet entretien fut décevant

    

Les militants du SUPAP-FSU, toujours soucieux de tenter de trouver des solutions, ont proposé à la DEVE de bien vouloir ouvrir des négociations sans préjugés et sans aucun a priori, des discussions ouvertes et constructives. La réponse de la DEVE fut : «s’il s’agit de discuter, pourquoi pas mais cela ne saurait remettre en question l’obligation de service pour tous le jour de la Toussaint » ! Alors devant tant de sectarisme…. Nous sommes partis !

 

ET APRÈS ? Ce lundi 29 octobre, nous avons commencé à informer les usagers des principaux cimetières parisiens du sectarisme religieux de la Ville vis-à-vis des personnels de confession chrétienne travaillant dans les cimetières de la Ville. La presse a également fait écho à nos problèmes. Deuxième quinzaine de novembre nous rencontrerons également l’adjointe au Maire politiquement responsable de la DEVE. Le SUPAP-FSU va charger des juristes d’examiner le problème sous tous ces aspects…

 

Bref, le sectarisme administratif risque fort de devenir un problème politique car, pour nous, aucune discrimination n’est mineure.

 

Notre préavis de grève a donc déjà atteint plusieurs de ses objectifs comme précisé ci-dessus.

 

Après des discussions entre les militants du SUPAP-FSU, d’un commun accord, nous avons convenu, par respect pour les familles, de ne pas troubler la paix de nos cimetières en ce jour de recueillement.

 

En conséquence, nous avons décidé 

 

  •  Pas pour la Ville !
  •  Encore moins pour la DEVE !!
  •  Mais uniquement pour celles et ceux qui viendront sur leurs sépultures !!!
  •  De retirer notre préavis de grève.

 

Paname le 31 octobre 2012

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans Archives DEVE
commenter cet article

commentaires