Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 10:46

photo1

 

Hier matin, des militants CGT et du SUPAP-FSU se sont rassemblés devant l’entrée de l’Hôtel de Ville, peu avant l’ouverture de la séance du Conseil de Paris. Objectif : faire signer une pétition sur les contrats aidés, financés en grande partie par l’Etat et concernant des personnes en grande difficulté. « Nous voulons le maintien dans l’emploi ou la réintégration de 300 personnes qui ont dépassé les délais légaux de durée des contrats », martèle un représentant CGT.

 

La Ville de Paris vient d’être condamnée par le tribunal des prud’hommes à embaucher en contrat indéterminé (CDI) onze personnes employées abusivement en contrat aidé, ou à verser des indemnités de licenciement. Trente à cinquante autres dossiers vont être défendus devant la justice d’ici à la fin de l’année. La pétition a été signée par de nombreux élus du Front de gauche et des Verts et du groupe Europe Ecologie - les Verts. « Quatre-vingt-deux personnes ont bénéficié d’une prolongation de leur contrat au-delà de la durée légale », a cependant souligné Bertrand Delanoë. Et de préciser : « Cela s’est effectué à leur demande et en accord avec Pôle emploi. »

 

D’autres opérations coup de poing prévues

 

Quelques minutes après ce premier rassemblement, une seconde manifestation débutait de l’autre côté du parvis de l’Hôtel de Ville. Maintenus à bonne distance de la salle du conseil par d’importants effectifs de police, près d’une centaine d’AAS (agents d’accueil et de surveillance de la Ville de Paris) ont tenté de se faire entendre, avec sifflets et cornes de brume, pour réclamer des revalorisations de salaire.

 

« Ces agents, souvent victimes d’agressions (notamment dans les parcs et jardins), sont les oubliés du personnel municipal », s’époumone dans son mégaphone Jean-Pierre Vigier, délégué central du SUPAP-FSU. Lassés par « l’absence de négociations », les manifestants, qui ont brièvement occupé la mairie du IVème hier en fin de matinée, ont déjà prévu d’organiser d’autres opérations coup de poing lors des déplacements du maire de Paris et de sa première adjointe, Anne Hidalgo.

Le Parisien

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires