Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 21:50

Deux week-ends sur trois  en période estivale : rien ne le justifie !

Le service public a le dos large….sur le dos des AAS !

 

Précision :

Si la présence d’agents est augmentée en week-end, par effet mécanique, le nombre d’agents présents en semaine diminue.

En fait, le but réel des deux week-ends sur trois pour la DEVE est de payer des heures supplémentaires simples de semaine plutôt que de payer des heures supplémentaires aux tarifs des samedis et dimanches !

Les économies budgétaires se font toujours sur le dos de la catégorie ! MAIS, bien évidemment, tout cela au nom des grands principes et, dans l’intérêt du service public !

Ben voyons ! Nous prennent-ils pour des billes ?

 

Analysons froidement les faits : le service DU public ne justifie en rien les deux week-ends sur trois en période estivale ; en effet la fréquentation des jardins n’est pas plus importante les week-ends que la semaine :

Ø  Dans les jardins des lieux touristiques : il y a autant de touristes en semaine qu’en week-end! Peut-on imaginer une seule seconde que les touristes ne visitent Paris que les week-ends ? Soyons sérieux ! La présence des agents dans les jardins des lieux touristiques  est aussi nécessaire en semaine que le week-end !

 

Ø  Dans les jardins des quartiers populaires : en été pendant les vacances scolaires, les familles aux revenus modestes n’ont que les jardins publics pour  s’évader un peu de leur quotidien ! Qui osera prétendre que ces familles  ne profitent pas autant des jardins en semaine que les week-ends ? La présence des agents dans les jardins des quartiers populaires  est aussi nécessaire en semaine que le week-end !

Que ce soit dans les arrondissements fortement touristiques ou les arrondissements plus populaires, les Maires de ces arrondissements savent très bien que la présence d’agents du service public est aussi nécessaire en semaine qu’en week-end. Familles, associations locales et SUPAP-FSU pourraient bien se découvrir des intérêts communs pour des actions ciblées!

Dans la note du SEJ datée du 4 mai 2015 et dont l’objet est : « Cycle de travail des brigades de surveillance – travail du week-end. », le deuxième  paragraphe est ainsi rédigé : « La règle est donc une présence de nos agents, deux week-ends sur trois en période estivale, afin notamment de pouvoir disposer d’un effectif suffisant pour procéder à l’ouverture et à la fermeture des jardins. ».

Deux constats s’imposent :

Ø  Le nombre de jardins à ouvrir et fermer est le même en été qu’en hivers (CQFD).

 

Ø  Malgré les vacances d’été, les ouvertures et fermetures des jardins les week-ends ont toujours été assurées par les personnels de la surveillance. La suppression des postes d’agents de la surveillance, décidée par la DEVE ces dernières années est d’avantage la cause des problèmes aussi bien en semaine qu’en week-end et cela en tous lieux et en toutes saisons.

Les deux week-ends sur trois n’ont aucune justification fonctionnelle

Mais simplement budgétaire :

 

1)      Redisons-le du fait du sous-effectif permanent de la surveillance, le recours aux heures supplémentaires est parfois inévitable et la DEVE préfère payer des heures supplémentaires de semaines plutôt que des heures supplémentaires de samedi ou de dimanche à des agents de catégorie C. Toujours sur le dos des pauvres !

 

2)      Les deux week-ends sur trois c’est également dans les mains de certains TTPS à la bienveillance connue de tous  un moyen de régler des comptes avec des agents et de faire du favoritisme ciblé.

 

Comment ? Il ne faut pas dire cela ?  Le non-dit, la langue de bois, le manque de franchise et l’hypocrisie voilà une des causes du malaise social ! Cela est vrai des politiques, de certains syndicalistes et de l’administration. Le SUPAP-FSU, même si cela déplait, a l’honnêteté de dire haut et fort ce que beaucoup pensent et murmurent.

 

 

 

 

Que précise la délibération PJV 99 et notamment dans son article 4 :

 

Brigades de surveillance des parcs et gardiennes de chalets

 

« 1) Cycle de travail

Le cycle de travail est de 14 semaines en roulement avec un week-end travaillé sur 2 du 16 septembre au 14 mai et, 2 week-ends travaillés sur 3 du 15 mai au 15 septembre selon les besoins du service. »

 

 

 

 

Les besoins du service : rien d’autre !

 

Paname le 11 mai 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans DEVE - AAS
commenter cet article

commentaires