Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 19:38

                                                                          Madame Marie LAJUS, Directrice

                                                                          Direction de la Prévention et de la Protection

                                                                          32, quai des Célestins

 

                                                                           75004 Paris

 

                                                                           Paris le 2 Septembre 2010

 

 

Madame la Directrice,

 

Lors de l'entretien que vous nous avez accordé le 27 mai dernier, à notre étonnement, l'administration a déclaré que "l'écart de salaire entre un AAS et un ISVP n'étais pas très important" ; désireux de ne pas donner à cet entretien un ton inutilement polémique, nous nous sommes limités à dire notre désaccord avec cette surprenante déclaration.

 

Pourtant, ces propos de l'administration ne résistent pas à l'examen des faits. A titre d'exemple, dans le cadre strictement limité au temps de travail réglementaire des 33 heures hebdomadaires, l'écart de salaire mensuel entre un AAS (bâtiments et Mairies annexes) et un ISVP se situe autour de 384 euros par mois, soit plus de 4600 euros par an.

 

Une affirmation n'étant pas une démonstration, permettez nous d'être plus précis :

 

Un AASP à l'échelle 5 (indice 338)

• Traitement budgétaire : 1557,25 euros

Indemnité d’Administration et de Technicité 1 : 131,69 euros

Indemnité d’Administration et de Technicité 2 : de 150 euros (montant approximatif et

  variable selon l’ancienneté de   l’agent et l'appréciation de la hiérarchie)

 

Soit un total mensuel de : 1838,94 euros.

 

Un ISVP à l'échelle 5 (indice 338)

• Traitement budgétaire : 1557,25 euros

Indemnité Forfaitaire Mensuelle : 233, 59 euros.

Indemnité Journalière de Sujétion : 432 euros.

 

Soit un total mensuel de 2222,84 euros.

 

Cette différence de quelques 4606,8 euros par an, pour un agent de catégorie C, n’est pas peut importante : elle est considérable.

 

Un IC2 «encadre » un équipage ; un AASP encadre un effectif infiniment plus important, sur des sites administratifs potentiellement sensibles et il est, en plus, responsable d’un important suivi administratif.

 

Pour ce qui concerne la présence effective au service direct des parisiens, les personnels de la surveillance de la DPP n'ont rien à craindre d'un audit, même le plus inquisitoire qui soit, bien au contraire. Les anomalies fonctionnelles et statutaires, de temps de travail effectif et de salaire, de toute évidence ne pourront plus perdurer. Le sentiment d’être traité de manière discriminatoire devient de plus en plus insupportable pour les personnels de la surveillance de la DPP.

 

Afin qu'il n'y ait pas la moindre ambiguïté, nous tenons à bien préciser de nouveau que de notre point de vue, ce ne sont pas les ISVP qui sont trop rémunérés mais bien évidemment nos collègues de la surveillance qui sont insuffisamment rémunérés. Au delà du verbiage plein de suffisance que l'on entend ici ou là, si les spécialités souvent sont différentes, le niveau de compétences et de services rendus ne justifient en rien ni cette différence de salaire, ni ce sentiment de supériorité des uns vis à vis des autres.

 

 

Madame la Directrice, nous voulons profiter de ce courrier pour réaffirmer notre revendication principale et qui va dans le sens de la rationalité fonctionnelle : le regroupement à la DPP de tous les fonctionnaires (DEVE, DALIAT, etc.) dont le cœur du métier est de mettre en œuvre les arrêtés de police du Maire (AAS et ISVP principalement), de les fusionner au sein d'un même statut à l'intérieur duquel serait créé des spécialités professionnelles (surveillance, salubrité, sécurité, incendie, médiation, etc.).

 

Ce choix de regroupement administratif et fonctionnel relève évidemment de la décision politique. Cette décision permettrait de créer de nouvelles synergies par la mutualisation des moyens, de rationaliser les méthodes et d'obtenir enfin une réelle complémentarité opérationnelle par secteurs géographiques. Pour les personnels, cela ouvrirait, dans le temps, de véritables et motivantes perspectives de carrière.

 

Nous sommes persuadés que cela peut se faire rapidement à condition que la volonté politique s'impose enfin. Un minimum d'habileté serait également nécessaire pour neutraliser efficacement les conservatismes et corporatismes syndicaux : c’est à partir de notre expérience de syndicalistes que nous savons pouvoir affirmer cela.

 

Nous vous prions, madame la Directrice de bien vouloir agréer l’assurance de toute notre considération.

 

Le secrétaire

 

Jean Pierre VIGIER

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DEVE-DPP - dans Archives DPP
commenter cet article

commentaires